logo CRAQ

2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007

L’Université de Montréal participe au déménagement d’un télescope professionnel de 1 m vers le Burkina Faso.
2009-11-03

Une équipe internationale composée de chercheurs du CRAQ - département de physique de l’Université de Montréal -, de l’OAMP (France) et de l’Université de Ouagadougou (Burkina Faso), vient de mettre en caisses le télescope Marly de 1 m qui était situé à l’Observatoire de l’ESO , à La Silla au Chili pour l’envoyer au Burkina Faso.

Le télescope sera réassemblé l’an prochain au sommet du mont Djaogari au Burkina Faso. L’équipe était composée du professeur Claude Carignan et de Guillaume Provencher, technicien à l’atelier mécanique, tous deux du Département de physique de l’Université de Montréal, ainsi que de Daniel Lacroix et Claude Figuiere, ingénieurs à la retraite de l’OHP et de Pierre Sanon et Adama Ouédraogo, techniciens à l’Université de Ouagadougou.

Cette opération fait partie de l’entente tripartite signée au mois de septembre dernier entre l’Université de Montréal, l’Université de Provence et l’Université de Ouagadougou. Rappelons que dans la nouvelle stratégie d’internationalisation de l’Université de Montréal (UdeM), l’Université de Ouagadougou (UdeO), au Burkina Faso, est l’établissement prioritaire en Afrique aux fins de projets de développement international. En plus de l’astrophysique, l’Université y a aussi des collaborations importantes en démographie (financée par la Fondation Bill et Melinda Gates) et en Sciences de l’Éducation (formation à distance financée par l’AUF ).

La collaboration dans le domaine de l’Astrophysique a été mise sur pied par Claude Carignan et le professeur Jean Koulidiati, alors professeur au LPCE et maintenant président de l’UdeO. Le programme d’astrophysique, inspiré dans sa conception de celui de l’UdeM, a été accepté par le Conseil Scientifique de l’UdeO à l’automne 2007 et le premier cours de Licence (B. Sc.) a été donné par Claude Carignan à près de cent étudiants. Également à la fin 2007, un Observatoire pour l’enseignement (ODAUO ), muni d’un télescope de 25 cm et d’un détecteur CCD, a été mis sur pied par Luc Turbide, responsable du système informatique du groupe d’astronomie de l’UdeM. Le premier cours de M. Sc. a été donné à vingt étudiants au début 2009. Deux étudiants Burkinabès poursuivent actuellement leurs études, un au M.Sc. et l’autre au Ph.D., au Département de physique de l’UdeM et prendront en main le programme à la fin de leurs études.

Avec l’aide du personnel de l’ESO, l’équipe a mis deux semaines à démonter complètement le télescope de 10 tonnes, le mettre en caisses et le charger à bord d’un conteneur. Le 31 octobre, il a quitté le port Chilien de Valparaiso à bord du MSC Cordoba et devrait arriver en Afrique, au port de Tema au Ghana, le 10 décembre et quelques jours plus tard à Ouagadougou. Le télescope sera alors remis à neuf et remonté sur le mont Djaogari, une fois les infrastructures (route, observatoire, résidence et électrification par énergie solaire) complétées. Les travaux devraient être complétés vers la mi-2011.

Dans le cadre de l’entente signée entre les trois universités, le temps d’observation sera réparti comme suit : 25% Université de Montréal, 25% Université de Provence, 25% Université de Ouagadougou et 25% ouvert à la communauté internationale. Les projets de collaboration entre les trois universités et les projets de thèse des étudiants aux cycles supérieurs auront la priorité pour l’allocation du temps d’observation. Le télescope sera équipé d’une instrumentation à la fine pointe, dont la caméra ultra sensible récemment mise au point par le LAE (Forum, 28 septembre 2009). Un des premiers projets sera de cartographier l’hydrogène ionisé de la partie de la Voie Lactée visible de l’hémisphère nord. Donc, d’ici la fin 2011, les astronomes de l’Université de Montréal auront non seulement accès au télescope de 1,6 m de l’Observatoire du mont Mégantic, mais également au télescope de 1 m du mont Djaogari, au Burkina Faso, où les données météorologiques des 10 dernières années prévoient près de 300 nuits claires par année.

Source :
Claude Carignan, Professeur titulaire
CRAQ – Université de Montréal
Tél: 514-343-6126
Claude.Carignan@umontreal.ca

Renseignements :
Olivier Hernandez, Ph.D., relation avec les médias
CRAQ – Université de Montréal
Tél: 514-343-6111 ext 4681
olivier@astro.umontreal.ca


Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer, version 6.0 et ultérieures, et Netscape, version 6.0 et ultérieures.